A la rencontre de Mariano Vadillo, photographe guatémaltèque de talent

VADILLO 7 Tombée un peu par hasard sur les photos de Mariano Vadillo, ce photographe guatémaltèque, j’ai été touchée par ses productions. Pour le blog, il nous raconte ses fabuleuses histoires, comme celle où il a rencontré un couple de chamans.

Qui es-tu ?

Je m’appelle Mariano Vadillo, je suis photographe et vis au Guatemala. Je travaille dans un studio de direction d’art comme photographe commercial et collabore avec des magazines. Le principal de mon travail porte sur le portrait, l’architecture, la mode et les photos de produits commerciaux.

As-tu fait des études de photographie ou as-tu appris par toi-même ?

Non je n’ai jamais étudié la photographie. J’ai appris à faire des photos à l’âge de 16 ans, quand j’ai trouvé un vieil appareil photo qui appartenait à ma mère. Depuis cet instant, j’ai commencé à m’intéresser à la photo. J’ai appris la plupart des choses grâce à Internet et grâce à un couple de mentors que j’ai rencontré.

VADILLO 2

Pour qui travailles-tu ou as-tu travaillé dans ta carrière de photographe ?

En ce moment je travaille dans un studio de direction d’art publicitaire où je fais de la photo commerciale pour plusieurs clients. Je collabore aussi avec plusieurs magazines, entre autres Revista RARA, magazine d’art et d’architecture.

VADILLO 3

Est-ce que tes photographies racontent une histoire ou simplement un instant ?

Cela dépend vraiment du moment mais aussi d’où je me trouve et ce que je prends comme photographies. Parfois, c’est agréable de photographier un instant sans prévoir pourquoi, comme quand tu trouves quelque chose de particulier dans une banalité. Tu prends une photo rapide de ce qui t’as plu, ou demande à faire un portrait de quelqu’un, et réalise une petite documentation de ton environnement. J’aime quand tu vois une belle rue ou un portrait, peut-être qu’il n’y a pas d’histoire derrière, mais tu penses « wow c’est arrivé » ou « cette personne, endroit, chose existe ».

VADILLO 4

La lumière et les paysages sont très présents dans tes photos. Quel est l’élément de départ quand tu choisis de photographier ?

C’est une bonne question. Je n’aime vraiment pas prendre de photos quand la lumière n’est selon moi pas bonne. La plupart de mes photos ont été prises à l’aube ou au crépuscule parce que j’aime les faibles contrastes, cette lumière qui arrive faiblement durant ces heures. Je fais très attention à la partie esthétique dans la photographie. Un grand nombre de fois, j’ai arrêté de prendre en photo quelque chose que je jugeais intéressant uniquement parce que la lumière n’était pas comme je le souhaitais.

VADILLO 8

Préfères-tu photographier en studio ou à l’extérieur ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Durant ma semaine de travail, je prends surtout des photos en studio. J’aime le défi d’éclairer un sujet avec les différentes lumières artificielles qu’offre un studio. C’est très épineux, ça vous oblige à vous concentrer, être technique mais j’aime le défi. Pendant les week-ends, je quitte le studio et prends des photos à l’extérieur, donc j’ai le meilleur des deux mondes. Je pense que l’on peut également atteindre des magnifiques résultats quand on combine une lumière naturelle et les flashs de studio, réalisant ainsi de magnifiques images aux éclairages à la fois subtils et surréalistes.

vadillo 1

Dans tes photographies extérieures, les endroits que tu photographies sont « ouverts », grands, tel l’océan. Est-ce une envie de liberté ?

Je ne l’avais jamais réalisé jusqu’à ce que tu le dises ! Je pense que mes photos sont la réflexion d’endroits où je passe la plupart de mon temps. Je ne supporte pas de passer mon temps dans un bureau et de longs week-ends enfermé chez moi. J’adore sortir et voyage autant que je peux. Pendant le weekend, si je ne suis pas à la plage en train de surfer, je fais de la randonnée ou je campe quelque part. J’adore les espaces ouverts et la nature, surtout les endroits où il y a de l’eau comme l’océan ou les lacs. J’emmène toujours mon appareil photo avec moi, c’est sûrement pourquoi la plupart de mes photos sont prises dans ce genre d’endroits.

VADILLO 9

Raconte-nous comment tu as pu photographier ce couple de chamans. Et où est-ce, « ce bout du monde » dont tu parles dans le titre ?

C’est une longue histoire mais je vais essayer de faire court. Le 21 décembre 2012 régnait cette idée de fin du monde à cause du calendrier maya qui se terminait à cette date-là. Beaucoup de gens en parlaient. L’endroit où tout cela devait se passer était à Tikal, une ancienne ville maya où il y a l’une des plus grandes pyramides du monde, située en plein milieu de la dense forêt tropicale. Je me suis dit que je devais y aller et questionner ce peuple, me renseigner sur leurs cérémonies, et cette chose folle est arrivée. Je devais me passer de plusieurs jours d’électricité et m’accommoder des conditions d’humidité extrêmes. Je n’ai pas pris mon appareil photo digital mais seulement apporté un vieil appareil photo analogique de format moyen, un Mamiya c220 qui est 100% mécanique et n’a pas besoin de batterie. Donc, le 20 décembre, je campais sur une grande pyramide et, le matin, j’ai entendu des gens chanter au loin. J’ai décidé d’aller voir et trouvé une grande cérémonie maya que j’ai décidé de rejoindre. J’ai dansé avec tout le monde et passé un très bon moment. Après vingt-quatre heures à ne pas dormir, j’étais prêt à partir et j’ai demandé à ce couple de chamans que j’avais rencontrés si je pouvais prendre un portrait d’eux. J’ai donc pris mon appareil photo, deviné l’exposition et j’ai eu assez de chance pour avoir une bonne mise au point.

SHAMAN

D’où te vient cette idée de la photographie du masque de Batman ?

Crois-le ou pas, cette photo était totalement improvisée. Je m’ennuyais avec ma sœur et elle m’a demandé de prendre une photo cool d’elle. J’ai vu ce masque de Batman que j’avais dans mon placard et lui ai dit de mettre le masque, du rouge à lèvres, lui ai allumé une cigarette et la lui ai donnée.

VADILLO

Quels sont tes plans pour l’avenir ?

Et bien, en ce moment je suis très heureux de pouvoir travailler ici, au Guatemala, mais je cherche aussi un gros changement dans ma vie. Cette année, je vais probablement tout quitter et voyager pendant très longtemps, faire un tour du monde. Je cherche d’abord à partir en Asie. J’adorerais commencer par le Vietnam et me diriger vers le sud jusqu’à atteindre l’Indonésie. Simplement prendre des photos que j’aime vraiment, rencontrer des gens, raconter leurs histoires à travers des portraits et des petites photos d’essais, faire de la randonnée, voyager à travers de beaux paysages. J’espère avoir la chance de le faire.

VADILLO 5

Site de Mariano Vadillo

Propos recueillis et traduits par Lilas-Apollonia Fournier

Publicités

Partagez votre avis en laissant un commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s