TEL PERE TEL FILS, un drame familial subjuguant

Tel-pere-tel-fils_portrait_w858

Pour ma première sortie cinéma de 2014, j’ai choisi le très beau film japonais Tel père tel fils. Le long-métrage conte l’histoire d’un homme obsédé par la réussite de son fils de six ans qui apprend, avec sa femme, que leur enfant a été échangé à la naissance.

Une infirmière a ruiné le destin de deux familles, jusque là heureuses. La famille Nonomiya, qui semblait idéale, se brise. C’est un soulagement pour Ryota, le père, qui ne comprenait pas l’échec cuisant de son fils dans ses activités extrascolaires, telles que le piano. L’instrument fera office d’accompagnateur dans ce drame. Il sera la seule touche musicale du film. Outre l’incompréhension du père face à son fils, la famille devra faire face à leur enfant de sang, et la famille qui l’a élevé durant toutes ces années. Un chômeur et un grand homme d’affaire unis par la tragédie de leurs familles respectives doivent se comprendre et s’accepter, malgré leurs mondes si distincts. Hirokazu Kore-eda, le réalisateur, met en lumière la place de l’homme au sein de la famille mais aussi l’amour inconditionnel que porte une mère à son enfant.  

tel père

La douleur de chaque personnage se fait ressentir. La question de la légitimité se pose. Est-ce le sang ou le temps qui prime ? Les mères semblent convaincues que l’échange est infaisable, tant il est un fardeau. Pour l’homme d’affaire Ryota Nonomiya, le sang et la réussite vont de pair. C’est ainsi qu’on assiste tragiquement à l’échange des enfants. C’est avec brio que le réalisateur montre la douleur provoquée chez les deux enfants concernés qui, chacun à leur manière, vont rejeter la décision prise d’oublier leur famille.

Une histoire bouleversante, des personnages complexes et attachants, Tel père tel fils est magnifique. Hirokazu Kore-eda se plaît à décortiquer les problèmes familiaux dans ses œuvres. Dans ce nouveau long-métrage, il réussit le pari d’allier une histoire à la fois japonaise (coutumes et façon de penser) et universelle par sa problématique. L’amusement des enfants est un soulagement dans cette atmosphère étouffante et tragique. Les spectateurs rient de bon cœur. Je vous conseille fortement d’aller voir cette passionnante histoire qui a  reçu le prix du Public au Festival de Cannes 2013.

tel fils

Lilas-Apollonia Fournier

Retrouvez-moi sur Facebook et Twitter !

Publicités

Partagez votre avis en laissant un commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s