La vie d’Adèle : Critique

web_la-vie-d-adele--672x359

Difficile de décrire La vie d’Adèle chapitres 1 & 2, tant le film est complexe. Derrière les vives critiques concernant les conditions de tournage, se cache un long-métrage magnifique. Il relate une histoire d’amour entre deux jeunes femmes aux vies et ambitions différentes.

Au centre de tout, Adèle, la seule. Celle avec laquelle nous vivons le film, respirons le film. Car la particularité d’Abdellatif Kechiche, le réalisateur, est de filmer les personnages continuellement en gros plans. Le visage d’Adèle est le cadre. Le reste gravite autour d’elle. Il choisit de filmer de cette manière afin de renforcer les émotions. Le résultat est réussi. Des détails anodins deviennent centraux, comme la manière de manger ou de dormir pour le personnage. Le film débute et se clôt sur le quotidien d’Adèle, avec ses péripéties et ses bouleversements, mais surtout, sur la rencontre avec Emma.

Still from Blue is the Warmest Colour

Emma a les cheveux bleus et étudie aux beaux arts. Leur rencontre bouleverse Adèle. C’est le coup de foudre. Elle ne cessera pourtant de se cacher de sa relation homosexuelle, à cause de la pression sociale. Emma l’initie à l’amour et au sexe. Une longue scène mettant en lumière l’acte sexuel entre les deux femmes prouve le jeu extraordinaire de Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos. Le film parle d’amour avec un grand A. Celui que l’on connait une fois dans sa vie, l’intense, le douloureux amour.

C’est ainsi que le personnage principal déchante, quand l’amour devient cruel et qu’Adèle ne s’y attend pas. Sa compagne qui semblait si ouverte d’esprit refuse implicitement qu’Adèle réalise son rêve, devenir institutrice. Les cheveux bleus d’Emma disparaissent, laissant place à ses cheveux naturels. Peut-être  est-ce une image de la transformation de l’amour qui les unit. Le bleu sera discrètement présent dans d’autres scènes, souvent en rapport avec Adèle.

02-la-vie-d-adele

Ce film est magnifique car il conte les joies et déboires de l’amour passionnel. « Je suis femme » cite le camarade de classe d’Adèle, dès les premières secondes du film. Cette phrase sera cruciale pour la jeune femme, que l’on voit évoluer de ses années lycée à professionnelles. La beauté de ce long-métrage réside dans la fragilité du personnage. Adèle Exarchopoulos est la révélation cinéma de cette année. L’œuvre a obtenu la Palme d’Or au Festival de Cannes 2013, présidé par Steven Spielberg. C’est un des meilleurs films que j’aie pu voir cette année. Il me semble essentiel d’aller le voir, tant il est poignant. 

Lilas-Apollonia Fournier

Publicités

6 réponses à “La vie d’Adèle : Critique

  1. Hello !
    Ta critique est encourageante, ce film a l’air très beau. Je n’ai pas eu l’occasion d’aller le voir, malheureusement. En tous les cas, j’en ai vu des extraits et l’actrice Adèle Exarchopoulos est très belle et à l’air d’être sincère dans son jeu.

    Encore un film qui s’ajoute à ma liste « à voir absolument » !

    A bientôt sur WordPress,

    Willie

    • Je te remercie. Concernant le durée, je n’ai pas vu le temps passer. La fin est ouverte, chacun imagine ce que va devenir Adèle. Elle peut très bien avoir choisi de faire un trait sur sa vie avec Emma, ou bien retrouver l’homme qu’elle a croisée pendant l’exposition plus tard.

Partagez votre avis en laissant un commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s