The Bling Ring : critique

Bling Ring, The

En avril, je vous parlais – ici – de la sortie de The Bling Ring, le nouveau film de Sofia Coppola avec Emma Watson. Il a été présenté lors de l’ouverture de la sélection Un certain regard à Cannes en mai 2013.

Après l’avoir visionné, je peux dire que je suis sceptique mais pas déçue. J’aime le travail de cette réalisatrice, ainsi que le regard qu’elle porte sur l’adolescence. La première partie du film est plutôt répétitive, avec de nombreuses scènes qui se ressemblent – les ados se prennent en photos en boîte, cambriolent ou prennent soin d’eux. Cependant, la deuxième partie du film a su redonner le ton avec une ambiance noire et étouffante. Les protagonistes finissent un à un par accumuler les faiblesses et par sombrer.

Bling Ring, The

Entre mise en scène, utilisation de la musique et montage, Sofia Coppola a su être audacieuse. J’ai beaucoup aimé le montage, alternant rapidité et lenteur. Ce film est certainement le plus rythmé de tous ses longs-métrages. Concernant l’esthétisme, qui était incroyable dans son film Marie-Antoinette, elle a ici exploré d’autres horizons, où les plans portraits sont particulièrement beaux.

Le jeu des acteurs est fort, celui d’Emma Watson qui se réincarne en jeune fille superficielle et manipulatrice, mais aussi les autres acteurs inconnus que l’on saura apprécier.

The-Bling-Ring1

Enfin, on peut évoquer les thèmes et idées que la réalisatrice a voulu mettre en avant. Il y a une vingtaine d’années, elle a assisté Karl Lagerfeld. Dans The Bling Ring, on remarque à nouveau son goût pour la mode et le luxe. Cependant, il ne s’adresse pas qu’à des amateurs de haute couture. Le film porte un regard distant sur ces personnages superficiels. C’est une critique acerbe de la société consumériste. Encore une fois, la réalisatrice se penche sur l’adolescence et ses complexités. Ces ados qui sont aujourd’hui fascinés par les peoples, le luxe, l’inaccessible et qui consomment excessivement les réseaux sociaux. Avec Coppola, le fait divers devient cinéma. Elle montre avec ironie le goût des adolescents pour le vide. La pyramide sociale se dessine discrètement entre les moins riches – le garçon – et les stars telles que Paris Hilton. Comme une évidence, le moins fortuné est celui qui paye le plus, puisqu’il finit en prison. Les autres continuent leurs vies pleines de futilités (Nicki participe à un show télé après sa condamnation).

Bien qu’il ne me semble pas qu’il s’agisse de la meilleure des réalisations de Sofia Coppola, je salue néanmoins son travail de montage ainsi que son regard neuf sur cette société impitoyable.

Lilas-Apollonia Fournier

Publicités

2 réponses à “The Bling Ring : critique

Partagez votre avis en laissant un commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s